Retrouvez-nous jusqu'au 2 juin au 38 rue de Babylone à Paris

L'alpaga

<a href="https://fr.freepik.com/photos-gratuite/montagnes-arc-ciel-palccoyo-cusco-perou_17415848.htm#query=plateau%20andin&position=2&from_view=search&track=country_rows_v2">Image de wirestock</a> sur Freepik

Aujourd’hui, petit focus sur la laine phare de ces dernières saisons, l’alpaga

Ah l’alpaga… Ce mot nous fait voyager à travers de grandes étendues arides, en plein milieu des montagnes d’Amérique du Sud avec les cheveux battus par le vent… Bref, cela évoque quelque chose d’authentique et de très naturel.
On pourrait donc s’imaginer que c’est une fibre un peu rustique, voire raide et rêche.

Mais non ! L’alpaga est une des fibres les plus douces et les plus légères qui existe. Elle rivalise avec le cachemire et le mohair.
C’est une fibre précieuse, considérée au temps des Incas comme la laine de Dieux.

Allez ! Partons en voyage à la découverte de l’Alpaga et de sa laine.

Histoire

L’Alpaga est un animal de la famille des Camélidés, comme le dromadaire ou le chameau.

Originaire des Hauts plateaux Andins, les lamas vie principalement au Pérou, au Chili et en Bolivie à environ 4 500 mètres d’altitude.
Il fut domestiqué, il y a plus de 4 000 ans par les anciennes civilisations sud-américaines. Principalement utilisés comme bête de somme permettant de transporter des charges lourdes à travers les montagnes, ils étaient également très prisés pour leur viande et leur laine.
Cette dernière servait à réaliser pour la noblesse et les rois incas des vêtements alliant résistance, isolation, légèreté et douceur.

Alpaga

Élevage

Les alpagas sont élevés principalement pour l’exceptionnelle qualité de leur laine qui offre 22 couleurs naturelles.

L’élevage se fait encore majoritairement en Amérique du Sud (80 % de la production mondiale).
L’Angleterre, la Suisse, L’Australie et le Canada se partagent les 20 % restantes.
Quelques élevages existent en France. Ils produisent environ 850 kg/an, tandis que la production mondiale est estimée à plus de 5 000 t/an.

La culture de l'alpaga a su rester écologique, ce qui explique qu'elle attire aujourd'hui de plus en plus d'éleveurs désireux de perpétuer une certaine tradition.

Récolte de la laine en France

En France, les alpagas sont tondus généralement une fois dans l’année, au printemps.

La récolte de la laine se fait à la tondeuse électrique et dure entre 15 et 30 minutes. La tonte commence toujours par les pattes et se fait en fonction des différentes qualités de laines, la qualité première se situe sur le dos, ensuite vient le cou et enfin toutes les autres parties du corps qui peuvent être tondue. Seule quelques personnes sont habilitées en France à tondre un alpaga. Au moment de la tonte annuelle, elles se déplacent d’élevage en élevage.

https://bestof-sarlat.com/tondeur-dalpagas-et-de-lamas-un-metier-essentiel/

On peut tondre l’animal tous les ans, mais sa toison peut être gardée 2, voire 3 ans. Sa toison brute pèse de 1,5 à 3 kg, avec un poil de 15 à 20 cm et une fibre entre 12 et 32 microns. C’est donc une fibre rare, difficile à produire en grande qualité et c’est ce qui justifie un prix élevé.

Pourquoi choisir un pull en alpaga ?

La laine d’Alpaga

La laine d'alpaga est une fibre très haut de gamme. Elle est reconnue au niveau international comme étant une des fibres les plus fines et les plus luxueuses.
Par sa douceur, elle peut se comparer au cachemire tout en étant beaucoup plus abordable.
Elle est également plus douce, plus chaude, plus résistante et plus légère que de la laine de mouton.

La qualité de la laine dépend de l’âge de l’Alpaga, de son état physiologique (mâle castré, femelle en production), de sa santé, des conditions d'élevage, et de la race de laquelle il provient.

Il existe deux races principales d'alpaga : le Huacaya dont la frisure est uniforme avec une fibre dense et douce et le Suri qui possède de longues mèches fines et très soyeuses.

L’alpaga Huacaya

Huacaya du pays de Chambord

Les alpaga Huacaya représente plus de 90 % de la population mondiale. Sa grande résistance physique et sa fibre beaucoup plus maniable participent grandement au choix de sa race en élevage.

La toison de ces alpagas est composée de poils fins, brillants, avec du crimp (belles ondulations naturelles et régulières), uniforme dans sa finesse et dans sa répartition sur le corps, avec une bonne densité et le moins de poils de garde possible (longs poils plus épais).
Les Huacayas donnent un fil naturellement élastique, idéal pour les tricots.

On le distingue facilement par son apparence moelleuse comme un « teddy bear » alors que la toison des Alpaga suri s’apparente plus à des dreadlocks.

L’alpaga Suri

Alpaga SuriL’élevage des Suris est peu développé dû à leur faible résistance aux grands froids et à une plus grande fragilité que l’alpaga Huacaya. Leur laine est donc beaucoup plus rare mais aussi beaucoup plus chère que celle de son congénère.

L’alpaga suri à un long pelage qui a tendance à se torsader en poussant. Sa toison peut faire penser à des dreadlocks.
Elle se compose de longs poils fin, doux avec une apparence lustrée.

Sa fibre, plus douce que celle du Huacaya est aussi plus lisse et plus délicate à filer. Il est préférable de la peigner plutôt que de la carder pour bien la valoriser. Elle est habituellement mélangée avec d’autres fibres car beaucoup trop glissante pour être utilisé seul. C’est aussi pour ça qu’on privilégie son utilisation en tissage plutôt qu’en tricotage.

Toison laine alpaga

Le baby Alpaga

La fibre d’Alpaga se classifie en fonction du diamètre de celle-ci, plus la fibre est fine, plus sa qualité est grande. L’Alpaga, le Baby Alpaga et l’Alpaga Royal sont les qualités les plus souvent employée.

Différence de finesse

  • Mérinos : 12 à 22 microns
  • Chèvre Cashmere : 15 à 19 microns
  • Royal alpaca :inférieur à 18 microns.
  • Baby alpaca :18 à 20 microns.
  • Super Fine alpaga : 21 à 22 microns
  • Chèvre angora : 20 à 30 microns (Laine Mohair)
  • Fine alpaca :22,1 à 26,9 microns.
  • Medium alpaca : 27 à 30 microns.
  • Coarse alpaca :supérieur à 30 microns. A ce stade-là, que ce soit de l'alpaga importe peu : ça va gratter au contact de la peau.
  • Cheveux : 70 et 100 microns

Contrairement à la croyance populaire, la dénomination "Baby Alpaga" ne désigne pas la toison du bébé alpaga, mais la finesse de la fibre.
Elle arrive juste après celle de cachemire. Le baby Alpaga est une fibre encore plus douce et soyeuse que la fibre d'Alpaga, elle est comparable à de la soie. C’est un fil haut de gamme qui peut se porter à même la peau, même par les personnes les plus sensibles.

Fibre alpaga

Quelles sont les qualités de la laine d’Alpaga ?

La laine d'alpaga est souvent présentée comme la meilleure alternative au cachemire ou au mohair. Moins onéreuse, elle partage toutefois de nombreuses caractéristiques avec ces textiles : la fibre est légère, résistante, élastique, hypoallergénique, tout en étant chaude et isolante. Autre avantage de l'alpaga : la douceur de ses fils très fins.

L’alpaga évolue dans son milieu naturel sur les hauts plateaux Andins où les températures varient entre -25 à 30 °C. Pour survivre dans ce milieu, il a dû développer une fibre naturelle aux propriétés thermorégulatrices exceptionnelles.

Les qualités de la laine d’Alpaga sont intrinsèquement liées aux caractéristiques de sa fibre :

  • Des écailles peu prononcées, mais agrippantes.
    Cela permet de créer un fil résistant et d’une grande douceur.
  • Une fibre fine et creuse
    La fibre d’alpaga est une fibre creuse à l’inverse de celle du mouton, ce qui lui confère de la légèreté et un fort pouvoir isolant.
  • Une fibre sans suint
    Contrairement à la laine de mouton, elle ne contient pas de matière grasse (suint) ce qui la rend hypoallergénique.
    Cette caractéristique est également très appréciée au moment de sa transformation. Au lavage, la laine perd peu de son poids brut. On conserve entre 80 et 90 % de la masse originale contre seulement 50 % chez le mouton. On a donc un meilleur rendement.
    Cependant, c’est un inconvénient au moment de la tonte, car normalement, le suint permet une lubrification naturelle des peignes de la tondeuse. Il est donc nécessaire de les huiler fréquemment.

Pour résumer la laine d’alpaga est :

  • D’une grande finesse et d’une grande légèreté.
  • Résistante
    Elle est 4 fois plus résistante que la laine du mouton. Vous conservez ainsi vos vêtements en bon état beaucoup plus longtemps.
  • Isolante et chaude
    Elle posséde un pouvoir thermique 7 fois supérieur à celui de la laine de mouton.
    Il permet de porter des vêtements légers et agréables tout en vous protégeant parfaitement du froid.
  • Thermorégulatrice
    Les microscopiques poches d'air présentes dans la fibre agissent tel un véritable régulateur thermique. Ces poches permettent à la fibre de respirer lors des chaudes journées et emprisonnent la chaleur du corps par temps froid. Elle tient donc bien chaud et évite d’avoir trop chaud. La fibre d’alpaga peut donc être portée en toutes saisons.
  • Hygroscopique
    Comme toute laine, elle est naturellement résistante à l'eau. Elle peut absorber environ 30 % de son poids sec avant que le porteur ne ressente l’humidité. Les polyesters et les acryliques ne peuvent absorber que 1-2 % d’humidité avant qu’il soit mouillé.
    Elle permet aussi à l’humidité de s’évacuer facilement, contrairement à la laine de mouton par exemple. La laine d'Alpaga vous permet de vous assurer d'avoir toujours bien chaud sans jamais transpirer. Elle a également l’avantage de n'émettre aucune odeur lorsqu'elle est mouillée ! 
  • Élastique
    C’est une fibre très élastique qui permet à nos vêtements et accessoires d'être particulièrement confortables.
  • Hypoallergénique
    C’est une laine à privilégié pour la layette et les personnes sensibles à la laine en général.
  • Ignifuge
    Elle est difficile à enflammer.

Moelleuse et douce, elle est également incroyablement légère et agréable à porter. Elle respecte les peaux les plus sensibles. Ce sont les raisons pour lesquelles la NASA équipait ses astronautes de vêtements dans cette laine au début de la conquête spatiale.

Une gamme de couleurs naturelle incomparable

Il existe de nombreuses teintes naturelles d'alpaga.
Il en existe plus de 200 répertoriées dans le monde, et 22 qui sont reprises officiellement. Elle se décline du blanc au noir en passant par tous les tons de gris et de marron.
Néanmoins, la toison blanche est devenue la plus demandée, c'est aussi la plus coûteuse, mais c'est sans aucun doute la plus belle et aussi la plus facile à teindre.

♦ Elles ne ternissent pas au lavage comme les teintures
♦ Elles sont beaucoup plus écologiques (évidemment !)
♦ Elles ne provoquent pas d’irritations qui sont parfois causées par des colorants textiles.

Gamme de couleur Atalantis Alpaga

Le côté écologique  

L’Alpaga est un animal qui émet très peu de gaz à effet de serre. De plus pour se nourrir, il ne déracine pas les différents végétaux (contrairement à la chèvre cachemire). La végétation peut donc ensuite repousser et les nourrir à nouveau. Il possède ainsi un très faible impact sur l’écologie.

Enfin, sa laine ne nécessite ni traitement ni teintes chimiques, ce qui permet de préserver l'environnement.

Comment entretenir mon pull en alpaga ?

L’alpaga est une fibre naturelle qui ne garde pas les odeurs et les impuretés. Il n’est donc pas nécessaire de laver votre pull trop souvent (2 à 3 fois par la saison).

Quelques conseils pour entretenir votre pull en alpaga :

Lavage à la main pour préserver au mieux votre pull

  • Température de 30° pas trop chaud, pas trop froid, comme si vous vous laviez les mains. Surtout la même température au lavage et au rinçage.
  • Peu de lessive
  • Un trempage rapide. Frotter délicatement avec un savon doux si vous avez une tache à enlever.
  • Rinçage à l’eau claire.
  • Enlever le surplus d’eau délicatement par des pressions douces et l’essorer entre deux serviettes.
  • Séchage à plat en lui redonnant sa forme sans tirer dessus pour éviter de le déformer.

Vous pouvez aussi le laver en machine sans essorage, mais vous risquez de voir apparaître des bouloches, beaucoup plus rapidement. Il faudra les enlever avec un rasoir électrique pour la laine.

En effet, il se peut qu’à force de la porter votre pull des bouloches apparaissent.

La laine est une matière naturelle. On peut la comparer aux cheveux qui forment des nœuds si on ne les peigne pas régulièrement.

Un fil de laine est composé de fibres longues et de fibres plus courtes. Ce sont ces dernières qui ressortent au porté dans les zones de frottement et surtout au lavage en machine. Elles s’en mêlent et restent accrocher aux fibres plus longues. Cela forme des bouloches.

C’est d’autant plus vrai quand la fibre est douce. En effet, le fil étant fin il casse donc plus facilement en faisant des fibres courtes. De plus, la torsion donnée aux fils est moins forte pour garder de la souplesse et de la douceur et les fibres peuvent plus facilement sortir.

Il n’y a que des pulls en fibre de poly-pétrole (acrylique, polyester …) qui ne bougent pas, car la fibre est artificiellement longue. C’est un ruban continu que l’on coupe à la longueur désirée.

Mais ne vous inquiétez pas ; elles disparaîtront progressivement par la suite, laissant derrière elles une belle armure de laine qui aura toujours assez de fils longs pour vous maintenir au chaud.

J’espère que j’ai réussi à vous transmettre mon admiration pour la laine d’Alpaga… Si vous avez encore des questions, je serai ravie d’y répondre. Je reviendrai dans de futurs posts sur l’entretien des pulls et sur les bouloches.

 

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés